Thèmes – Travail – Marché du travail

Obligation de communiquer les postes vacants : percée importante pour les travailleurs/euses

Conseil fédéral a décidé aujourd’hui sur l’ordonnance de mise en œuvre de l’obligation de communiquer les postes vacants. Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses est satisfaite de l’introduction d’une obligation de communiquer les postes vacants efficace et substantielle. Si les employeurs mettent maintenant de côté leurs préjugés, les chances des demandeurs d’emploi discriminés augmenteront et l’on pourra mieux utiliser le potentiel de main-d’œuvre indigène. suite

L’obligation de communiquer les postes vacants pour mettre en œuvre l’article 121 a de la Constitution fédérale doit couvrir un large spectre et s’appliquer pour certaines branches déjà à partir d’un taux de chômage de 5 pourcent au niveau national. Il y a très peu d’exceptions prévues, par exemple lors d’engagements de courte durée, de la reprise d’apprenti-e-s ou en cas de promotions internes. Travail.Suisse salue la décision du Conseil fédéral pour une réglementation la plus efficiente possible, ce qui augmente les chances d’un retour sur le marché du travail pour les personnes au chômage. Travail.Suisse considère qu’il est acceptable que l’on fixe un seuil de 8 pourcent à partir de mi-2018 et que ce n’est qu’à partir de 2020 que s’applique complètement l’obligation de communiquer les postes vacants (avec un seuil de 5%). « Il faut utiliser cet intervalle pour préparer en particulier les ORP à cette nouvelle tâche. Si le système fonctionne bien dès le début, l’efficacité en sera encore meilleure » indique Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse.

De meilleures chances pour les travailleurs/euses si les employeurs jouent le jeu

Comme le montre le « Baromètre. Conditions de travail », publié récemment par Travail.Suisse, les travailleurs et travailleuses jugent problématique leur mobilité sur le marché du travail. C’est ainsi que la moitié des travailleurs et travailleuses ne croient guère pouvoir retrouver en cas de perte d’emploi un poste de travail comparable. L’obligation de communiquer les postes vacants peut être ici un instrument important pour augmenter les chances des travailleurs et travailleuses sur le marché du travail. Les personnes qui en profitent sont en particulier celles qui dans le processus d’engagement sont exposées à des discriminations et ne franchissent que très difficilement l’étape de l’entretien d’embauche (travailleurs âgés, aux noms à consonance étrangère, aux parcours professionnels en dents de scie), malgré des qualifications acceptables. Pour y remédier, il faut aussi que les employeurs comprennent que l’obligation de communiquer les postes vacants n’est pas une charge bureaucratique mais un allégement dans le processus de sélection et qu’ils soient prêts à jeter aux orties leurs préjugés vis-à-vis des personnes inscrites dans les ORP. Il faudra bien analyser dans le futur l’effet de l’obligation de communiquer les postes vacants pas seulement en tant que nombre de places vacantes annoncées mais en particulier comme engagement de demandeurs d’emploi.

Pour d’autres renseignements :
Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse, Tél. 079 287 04 93

Annexe Dimension

2017 12 08 Stellenmeldepflicht BR f.docx 44 KB

08 décembre 2017, Adrian Wüthrich, Président Drucker-icon

Le Conseil fédéral embellit les effets de la digitalisation

Le Conseil fédéral tire un bilan positif des effets de la digitalisation sur l’emploi et les conditions de travail dans un rapport publié aujourd’hui. Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses partage certes l’avis que l’on a peu ressenti les effets de la digitalisation jusqu’ici mais perçoit aussi des risques pour les travailleurs et travailleuses. C’est en particulier la formation et la formation continue qui joueront un rôle déterminant pour venir à bout sans dommages du changement structurel à venir. suite

Il est juste et important que le Conseil fédéral planifie des mesures pour améliorer les données fondamentales sur les nouvelles formes d’emploi et les modifications de l’emploi et des conditions de travail dans le contexte de la digitalisation. « Mais le Conseil fédéral ne doit en aucun cas fermer les yeux sur les risques de la digitalisation. Un des grands dangers de la digitalisation est justement l’accroissement des rapports de travail précaires et atypiques d’un côté et, de l’autres, l’écart entre l’élite digitale et les fournisseurs digitaux, respectivement les prestataires de services personnels » indique Gabriel Fischer, responsable du dossier de politique économique à Travail.Suisse. La flexibilisation croissante du travail et de la durée du travail provoquent aussi des charges supplémentaires de travail et sur le plan psychosocial comme le stress ou un épuisement psychique. L’étude du Seco sur le stress tout comme « Baromètre Conditions de travail » de Travail.Suisse attestent de l’augmentation du stress dans le monde du travail. Le rapport du Conseil fédéral ne prend malheureusement pas suffisamment en considération ces aspects.

Insuffisance des mesures pour développer davantage la formation et la formation continue

Le Conseil fédéral reconnaît dans son rapport que la formation et la formation continue sont essentielles pour faire du changement structurel provoqué par la digitalisation un succès. Mais les mesures proposées restent insuffisantes. I faut certes saluer un développement ciblé des compétences de base au lieu de travail et des compétences MINT dans le système de formation ainsi que la clarification des possibilités offertes par les mesures du marché du travail de l’assurance-chômage à des fins de reconversion. Toutefois il manque, hormis ces mesures ponctuelles, un plan général sur la manière de développer la formation continue pour les travailleuses et travailleurs qui risquent de décrocher en raison du changement structurel.

Pour d’autres informations :
Gabriel Fischer, responsable du dossier de politique économique, 076 412 30 53

Annexe Dimension

2017 11 08 MM Bericht Digitalisierung f.docx 45 KB

08 novembre 2017, Gabriel Fischer, Responsable politique économique Drucker-icon

Libre circulation des personnes : améliorations à l’intérieur du pays de préférence à la dénonciation et à l’isolement

Dans le combat qui se livre autour des relations de la Suisse avec l’UE, on entre dans une nouvelle phase. L’initiative visant à dénoncer la libre circulation des personnes, qui vient d’être lancée, mène à une prochaine confrontation politique. Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs, estime qu’une dénonciation de l’accord sur la libre circulation des personnes, la renonciation aux accords bilatéraux et la voie de l’isolement ne sont pas dans l’intérêt des travailleurs. Ce qu’il faut, ce sont des mesures intérieures pour mieux protéger les salaires et les conditions de travail et une répartition plus équitable des bénéfices de la libre circulation. suite

L’UDC, en lançant son initiative pour dénoncer la libre circulation, continue de mitonner un brouet d’exclusion des étrangers. La fin de la récolte de signatures est parfaitement synchronisée avec la campagne pour les élections nationales de 2019, comme ce fut déjà le cas en 2011 avec l’initiative contre l’immigration de masse, et en 2015 avec celle de mise en œuvre. Une dénonciation de la libre circulation des personnes et, partant, un renoncement aux accords bilatéraux avec l’Union européenne, sont une impasse, aux yeux des travailleurs. Une économie aux dimensions modestes, ouverte et axée sur l’exportation comme celle de la Suisse dépend de relations régulées avec ses principaux partenaires commerciaux et voisins directs. Mais il est également clair que les dommages collatéraux d’une libre circulation des personnes doivent être contrés plus énergiquement encore. Il faut investir dans les infrastructures et le service public au lieu de continuer d’attirer des entreprises étrangères et de nouvelles forces de travail par le biais d’allégements fiscaux. Les bénéfices de la libre circulation des personnes ne doivent pas se limiter à des gains ou à des baisses d’impôt pour les entreprises, mais doivent aussi revenir à la population. On songe à des mesures visant à freiner l’augmentation des loyers et des primes d’assurance maladie, à des solutions de garde des enfants en dehors de la famille à des prix abordables, à un soutien supplémentaire à la formation et à la formation continue, ou encore à l’introduction d’un congé paternité payé.

La situation sur le marché du travail reste aussi un élément central. Car la peur d’une détérioration de ce marché – que ce soit directement par des réductions d’effectifs et la diminution des chances de trouver un emploi, ou indirectement, par une pression plus forte sur les conditions de travail ou une stagnation des salaires – constitue un terreau fertile, qui accroît les chances d’aboutissement d’une initiative visant à dénoncer la libre circulation. Le point de départ est comparable à 2014, quand une petite majorité des votants a accepté l’initiative contre l’immigration de masse et conduit la politique suisse à un dilemme, la bloquant pour trois ans.

L’obligation d’annoncer les postes vacants : un pas important

L’obligation d’annoncer les postes vacants a été le premier pas permettant une mise en œuvre de l’initiative compatible avec les accords bilatéraux et ne les menaçant pas. Si Travail.Suisse s’est toujours engagé ces dernières années pour les accords bilatéraux et donc pour la libre circulation des personnes, il ne cautionne pas pour autant l’acceptation d’une mise en concurrence effrénée de la main-d’œuvre suisse. Lors de l’introduction de la libre circulation des personnes, promesse a été faite par les politiques de veiller à ce que les conditions de salaire et de travail en Suisse continuent d’être protégées au moyen de mesures d’accompagnement – cette promesse doit être tenue.

L’adhésion de la population à la libre circulation des personnes ne sera durablement maintenue qu’en épuisant avec succès le potentiel de main-d’œuvre indigène et en améliorant continuellement les mesures d’accompagnement pour protéger les conditions de salaire et de travail. À cette fin, l’obligation d’annoncer les postes vacants est un premier pas important. Elle consiste à annoncer aux offices régionaux de placement les postes vacants, surtout dans les professions et les activités qui affichent un taux de chômage élevé. Au sens d’une préférence nationale, ces offices ont la possibilité de transmettre aux employeurs les dossiers pertinents des personnes enregistrées, avant que le poste ne soit mis au concours. Les chances des chômeurs d’obtenir un entretien d’embauche et éventuellement d’être engagés sont ainsi augmentées. Les personnes qui devraient profiter au maximum de cette possibilité sont celles qui sont écartées d’emblée dans la procédure de sélection des dossiers : notamment les travailleurs vieillissants, ceux qui veulent retrouver le chemin du marché du travail, les chômeurs qui portent un nom étranger, et ceux qui ont purgé une peine de prison. Pour que l’instrument déploie ses effets, il faut que les employeurs jouent le jeu. D’une part, les préjugés à l’égard des personnes annoncées par les ORP doivent disparaître, d’autre part, il faut donner réellement leur chance à ces personnes, avant de recruter précipitamment à l’étranger. Ainsi seulement, les chances des travailleurs indigènes s’amélioreront vraiment.

Mesures d’accompagnement : instruments efficaces mais problèmes de fond non résolus

Les mesures d’accompagnement de la libre circulation des personnes sont des instruments solides pour protéger les salaires et les conditions d’engagement et lutter contre les abus sur le marché du travail. Mais il faut constamment les optimiser de manière durable et les développer pour pouvoir rester en phase avec les réalités du marché du travail. Ces dernières années, l’accent a été mis sur l’optimisation de la mise en œuvre. À cette fin, on a exigé par exemple une nouvelle professionnalisation et une unification partielle du travail des commissions paritaires et tripartites cantonales. De plus, on a fixé des normes minimales pour les contrôles, les procédures d’entente et les sanctions administratives, et intensifié la formation des inspecteurs et les échanges entre les différentes commissions. Ces optimisations de la mise en œuvre doivent être saluées et constamment évaluées. Du point de vue des travailleurs, il est nécessaire de développer encore matériellement les mesures d’accompagnement. Cette année, les sanctions en cas d’infraction aux conditions minimales de salaire et de travail ont certes été aggravées dans la loi sur les travailleurs détachés, on a créé la possibilité de prolonger les contrats-types de travail et, dans l’ordonnance sur les travailleurs détachés, porté à 35’000 le nombre minimal de contrôles, et approché ainsi le nombre des quelque 45’000 contrôles effectués chaque année. Mais des problèmes de fond dans plusieurs domaines sont restés sans solution dans le système des mesures d’accompagnement. La Suisse, avec une couverture de 50% des conventions collectives de travail (CCT), reste ainsi loin en arrière en comparaison européenne. Un travailleur sur deux n’est donc pas protégé par un salaire minimal contraignant. Il faut d’urgence alléger la déclaration de force obligatoire des CCT, pour qu’elles protègent un plus grand nombre de travailleurs. Enfin, sans salaire minimal obligatoire, il manque une limite clairement définissable du dumping salarial. Il faut bien sûr respecter les salaires usuels selon la branche et le lieu, mais c’est une limite poreuse. Ces salaires sont déterminés dans les cantons de manière différente et en partie accompagnés de déductions supplémentaires ou de seuils d’abus arbitraires. Preuve qu’il existe de grandes différences entre les cantons et parfois des limites très diverses de dumping salarial, ce qui nuit à la transparence et à la crédibilité du système des mesures d’accompagnement. Il nous faut d’urgence un calculateur de salaire national homogène et des seuils d’abus comparables, pour pouvoir procéder plus uniformément à l’appréciation du dumping salarial et assurer l’application homogène de l’instrumentaire d’accompagnement. Il est significatif que la grande majorité des contrats-types de travail ait été édictée dans les cantons du Tessin et de Genève, et que seulement trois autres cantons connaissent le contrat-type. Un point positif : cette année, un contrat-type de travail a été élaboré pour le commerce de détail à Bâle-Ville, une première dans un canton suisse alémanique. Cependant, la grande majorité des cantons n’applique pas cet important instrument d’accompagnement. Il faudra encore mettre en œuvre le plus vite possible le projet d’attestation de CCT. Cette attestation permettrait à une entreprise de prouver que de précédents contrôles avaient montré qu’elle n’avait pas contrevenu aux conditions de salaire et de travail. Dans le domaine des marchés publics notamment, cela garantirait que les adjudications n’iraient qu’aux entreprises qui pourraient prouver qu’elles respectent les conditions de salaire et de travail. Les autorités pourraient assurer ainsi qu’elles ne travaillent qu’avec des entreprises qui garantissent la protection de leurs travailleurs.

Annexe Dimension

2017 10 30 Kuendigung-PFZ f.docx 18 KB

30 octobre 2017, Gabriel Fischer, Responsable politique économique Drucker-icon

La hausse du nombre de contrôles des mesures d’accompagnement est judicieuse, mais pas suffisante

Le Conseil fédéral a décidé aujourd’hui d’élever le nombre minimum de contrôles annuel des mesures d’accompagnement de 27‘000 à 35‘000, dans l’ordonnance sur les travailleurs détachés. Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, estime cette avancée juste et longtemps attendue. Cependant, elle demeure insuffisante pour garantir des contrôles efficaces, la protection des salaires et des conditions de travail. suite

Avec la hausse du nombre de contrôles de 27‘000 à 35‘000 inscrite dans l’ordonnance sur les travailleurs détachés, il faudrait s’assurer que les contrôles soient effectués assez fréquemment. Travail.Suisse salue cette hausse, mais tient à constater qu’il s’agit seulement d’un rapprochement de la réalité. « Ces dernières années, un nombre annuel de contrôles nettement au-dessus des 35‘000 a déjà été effectués “ souligne Gabriel Fischer, responsable de la politique économique chez Travail.Suisse. „ Suite à l’adaptation de l’ordonnance, aucun contrôle supplémentaire n’aura en réalité lieu “, rajoute M. Fischer.

Meilleure protection des salaires, des conditions de travail et une obligation de communiquer les postes vacants efficace

Une nette amélioration des mesures d’accompagnement est nécessaire pour renforcer la protection des salaires et des conditions de travail. Ainsi, il faut par exemple faciliter la déclaration de force obligatoire des CCT, élargir la possibilité légale de prolonger un contrat-type de travail (CTT) et une certification des CCT dans les marchés publics. Par ailleurs, il est important que l’obligation de communiquer les postes vacants soit mise en œuvre de manière efficace. Pour M. Fischer il est clair : „Il faut assurer la protection des salaires et des conditions de travail, améliorer l’intégration des jeunes sur le marché du travail, augmenter la participation des femmes sur le marché du travail et permettre le maintien des travailleurs-ses âgé-e-s sur le marché du travail “. Ce n’est que de cette manière qu’il sera possible de convaincre la population de poursuivre la voie bilatérale avec l’Union européenne.

Pour plus d‘informations:
Gabriel Fischer, responsable de la politique économique, 076 412 30 53

Annexe Dimension

2017 08 23 MM Erhoehung-FlaM-Kontrollen f.docx 41 KB

23 août 2017, Gabriel Fischer, Responsable politique économique Drucker-icon

Plaidoyer pour des soins infirmiers de qualité et suffisants

Travail.Suisse soutient l’initiative populaire « pour des soins infirmiers forts » selon la décision que son comité a prise en juin dernier. Parce que nous serons toujours plus nombreux à avoir besoin de personnes actives dans la branche des soins infirmiers. Parce qu’il est urgent de revaloriser le travail et les conditions de travail de toutes les personnes qui nous soignent aujourd’hui et nous soigneront demain. suite

C’est un fait : notre société est vieillissante et ce vieillissement s’accompagne aussi d’un accroissement des besoins en soins de qualité. Personne ne conteste le fait que seuls des professionnels bénéficiant d’une formation reconnue seront à même de répondre à cette demande. Le texte de l’initiative va pouvoir donner une réponse à ce défi de différentes manières. En rendant le métier d’infirmier et d’infirmière plus attrayant grâce à un surplus d’autonomie, en prévoyant des conditions de travail modernes et attractives et en obligeant le Conseil fédéral à agir vite.

Le Parlement a eu l’occasion de se pencher sur la problématique que le texte de l’initiative populaire souhaite améliorer. Or, tiraillé par de nombreux intérêts contraires, le Conseil national n’en a tout simplement pas débattu. C’était le 26 avril 2016. Suite à ce refus de discuter et de résoudre de nombreux problèmes actuels et futurs, l’Association des infirmières et infirmiers ASI a lancé son initiative populaire. Ce reprend l’essentiel du texte défendu alors par le Conseiller national bernois Rudolf Joder et y ajoute une obligation d’agir rapidement pour le Conseil fédéral.

La formation d’infirmier et infirmière est sérieuse et exigeante, elle est donnée en haute école spécialisée. Au contact quotidien et direct avec les patients, infirmières et infirmiers développent une expertise précieuse en matière de soins adaptés. Pourtant, la loi sur l’assurance maladie Lamal leur refuse la possibilité de facturer directement leurs prestations aux caisses maladies. Tout doit passer par la prescription ou le mandat d’un-e médecin. Le premier texte Joder était pourtant de nature à rassurer les défenseurs de la simplification administrative car il n’y aucune nécessité ni justification à ce que tous les soins, infirmiers surtout, soient prescrits par un-e médecin.

Un surplus d’autonomie pour économiser des coûts inutiles

Tout d’abord, les professionnels de la santé seront plus autonomes. Ils seront autorisés à facturer leurs prestations purement infirmières directement aux caisses maladie. Le Conseil fédéral craignait une augmentation des coûts car pour lui, davantage de groupes professionnels pouvant facturer leurs services revient à augmenter l’offre, donc à augmenter la demande et au final augmenter les coûts à la charge de la Lamal. Cela se constate avec l’ouverture de cabinets médicaux : sans réglementation, l’arrivée d’un nouveau cabinet médical spécialisé entraîne automatiquement une hausse des consultations à la charge de l’assurance maladie. L’offre a suscité la demande.

Cette comparaison n’a pas lieu d’être avec ce que vise l’initiative. Tout d’abord parce que la définition des soins infirmiers fournis sous la propre responsabilité des infirmiers-ières devra être faite par le Parlement. C’est ce que prévoit l’une des dispositions transitoires. Il n’y a donc aucun risque d’abus : seuls seront fournis les soins nécessaires et clairement définis.

Second argument plaidant en faveur de l’autonomisation du métier d’infirmier-ière est ce casser cette dépendance des infirmiers et infirmières à une autorité médicale (le-la médecin) pour des soins autres que des soins de traitement. Car cette prescription obligatoire de soins infirmiers aujourd’hui n’est pas gratuite, elle coûte même très cher. Actuellement, la situation est quelque peu hypocrite : l’infirmière ou l’infirmier a la responsabilité professionnelle d’évaluer le besoin en soins requis du patient ; il ou elle doit planifier et effectuer les mesures de soins qui résultent de son évaluation ; enfin, c’est l’infirmière, et pas le médecin, qui est responsable des erreurs dans ce domaine. Cette situation se justifie car l’infirmier-ère a fait des études en soins infirmiers et le médecin des études de médecine. Il s’agit d’être conséquent jusqu’au bout : pouvoir facturer des soins infirmiers dont on est responsable, sans passer par le ou la médecin, est une évidence. Les soins de traitement continueront d’être prescrits uniquement par le ou la médecin. Il est même possible que le texte, s’il est accepté, conduise à quelques économies… !

Des conditions de travail modernes et attrayantes, rapidement !

La Confédération devra édicter des dispositions d’exécution, au chapitre desquelles figurent la rémunération des soins infirmiers, les conditions de travail adaptées et la possibilité de développement professionnel de toute personne exerçant dans le domaine des soins infirmiers. Travail.Suisse y voit là l’opportunité d’assurer une meilleure conciliation entre l’activité professionnelle et la vie de famille, ainsi qu’une manière efficace de lutter contre des salaires abusivement bas. Offrir une possibilité de développer sa carrière à chacun-e est aussi très important pour attirer des jeunes motivé-e-s dans le domaine des soins infirmiers.

Le texte de l’initiative demande même au Conseil fédéral d’être imaginatif pour combler la pénurie de main d’œuvre qualifiée dans le domaine des soins qui a déjà court. Une autre disposition transitoire lui demande de prendre des mesures efficaces dans un délai de 18 mois après l’acceptation par le peuple et les cantons de l’initiative. Car le travail parlementaire est long et le manque d’infirmiers et d’infirmières sévit déjà aujourd’hui : le comité d’initiative relève que 10’000 infirmières de plus auraient dû être formées au cours des cinq dernières années pour répondre aux besoins. On ne peut donc pas attendre encore une fois que le Parlement prenne des décisions selon le courant normal.

Toutes ces raisons ont conduit les membres de Travail.Suisse à soutenir l’initiative populaire sur les soins infirmiers et à encourager chacun et chacune à signer l’initiative (www.pour-des-soins-infirmiers-forts.ch ou sur https://wecollect.ch/fr/campaign/soins-initiative). Le délai de récolte court jusqu’en juillet 2018.

Annexe Dimension

2017 08 21 Pladoyer-pour-des-soins-infirmiers-de-qualite-et-suffisants f.doc 46 KB

21 août 2017, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique d'égalité Drucker-icon