Thèmes – Formation – Formation professionnelle supérieure

Chômage et aide sociale – de l’importance de la formation pour les femmes

Les derniers chiffres publiés sur le chômage en Suisse montrent une embellie : le taux des sans-emploi recule. Cette nouvelle positive a été reprise avec en-thousiasme dans tous les médias. Si l’on peut, de manière légitime, se réjouir d’un tel recul, peut-on pour autant en déduire que tout va bien pour tout le monde ? Un coup d’œil plus attentif suffit pour comprendre que les efforts ne peuvent pas faiblir sur le front des inégalités, où les femmes souffrent toujours autant du chômage et du sous-emploi dont une des causes est le manque de formation postobligatoire.

Annexe Dimension

PD Chômage et aide sociale.doc 45 KB

29 octobre 2007, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique d'égalité Drucker-icon

Conférence des écoles supérieures : Les ES confondues avec les HES

Les écoles supérieures ES sont très souvent confondues avec les hautes écoles spécialisées HES lors de communications : Au lieu de ES on utilise l’appellation HES. A première vue, il ne s’agit que d’une petite différence alphabétique. Toutefois, les différences en matière de politique de formation sont conséquentes. suite

Les Ecoles supérieures attribuent actuellement dans les domaines spécialisés de la technique, de l’économie, de la santé, de l’hôtellerie, du tourisme, de l’économie domestique, du social et de la formation d’adultes, de l’agriculture et de l’économie forestière, des arts visuels et arts graphiques, environ 8’000 diplômes par année. Malgré leur grandeur et leur importance, les Ecoles supérieures sont restées trop peu connues jusqu’ici et sont souvent confondues avec les HES.

L’organisation nationale faitière des écoles supérieures a été fondée tout récemment avec le soutien financier de l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie : la conférence ES ! L’objectif de la conférence est de représenter, d’une seule voix, les principales revendications et intérêts aux autorités et organisations principales, à l’intérieur du pays et à l’étranger,

Pour cela, la conférence doit d’abord, dans un premier temps, mieux se faire connaître. Les écoles supérieures, malgré leur dimension et importance sont trop peu connues. D’ailleurs, l’organisation nationale faîtière a été fondée seulement la semaine dernière comptant une participation de plus de 115 écoles supérieures. La conférence ES, ce partenaire central dans le développement de la formation professionnelle supérieure, a été saluée unanimement par les politiciens et les institutions.

Tout de suite après la fondation, les premières étapes concrètes pour la transposition des objectifs exigeants ont directement débutés. Ainsi un projet concernant la formation des enseignants ES a été lancé. L’objectif de cette partie de projet est la garantie et le développement ultérieur de la qualité élevée de formation des écoles supérieures ES en Suisse.

Pour plus d’informations:
www.konferenz-hf.ch, www.conference-es.ch, www.conferenza-sss.ch

25 septembre 2007, Hugo Fasel, président Travail. Suisse jusqu'à 2008 Drucker-icon

Conférence des écoles supérieures : Les ES confondues avec les HES

Les écoles supérieures ES sont très souvent confondues avec les hautes écoles spécialisées HES lors de communications : Au lieu de ES on utilise l’appellation HES. A première vue, il ne s’agit que d’une petite différence alphabétique. Toutefois, les différences en matière de politique de formation sont conséquentes. suite

Les Ecoles supérieures attribuent actuellement dans les domaines spécialisés de la technique, de l’économie, de la santé, de l’hôtellerie, du tourisme, de l’économie domestique, du social et de la formation d’adultes, de l’agriculture et de l’économie forestière, des arts visuels et arts graphiques, environ 8’000 diplômes par année. Malgré leur grandeur et leur importance, les Ecoles supérieures sont restées trop peu connues jusqu’ici et sont souvent confondues avec les HES.

L’organisation nationale faitière des écoles supérieures a été fondée tout récemment avec le soutien financier de l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie : la conférence ES ! L’objectif de la conférence est de représenter, d’une seule voix, les principales revendications et intérêts aux autorités et organisations principales, à l’intérieur du pays et à l’étranger,

Pour cela, la conférence doit d’abord, dans un premier temps, mieux se faire connaître. Les écoles supérieures, malgré leur dimension et importance sont trop peu connues. D’ailleurs, l’organisation nationale faîtière a été fondée seulement la semaine dernière comptant une participation de plus de 115 écoles supérieures. La conférence ES, ce partenaire central dans le développement de la formation professionnelle supérieure, a été saluée unanimement par les politiciens et les institutions.

Tout de suite après la fondation, les premières étapes concrètes pour la transposition des objectifs exigeants ont directement débutés. Ainsi un projet concernant la formation des enseignants ES a été lancé. L’objectif de cette partie de projet est la garantie et le développement ultérieur de la qualité élevée de formation des écoles supérieures ES en Suisse.

Pour plus d’informations:
www.konferenz-hf.ch, www.conference-es.ch, www.conferenza-sss.ch

25 septembre 2007, Hugo Fasel, président Travail. Suisse jusqu'à 2008 Drucker-icon

Fondation d’une organisation faîtière des Ecoles supérieures plus puissante

Plus de cent Ecoles supérieures ont fondé cet après-midi une organisation nationale faîtière en la présence de la présidente du Conseil national, Mme Christine Egerszegi-Obrist. Les Ecoles supérieures veulent à l’avenir faire entendre d’une seule voix leurs principales requêtes et leur intérêts auprès des autorités et des association faîtières de l’économie en Suisse et à l’étranger. Hanspeter Ruggli est le premier président élu. suite

Les Ecoles supérieures attribuent actuellement dans les domaines spécialisés de la technique, de l’économie, de la santé, de l’hôtellerie, du tourisme, de l’économie domestique, du social et de la formation d’adultes, de l’agriculture et de l’économie forestière, des arts visuels et arts graphiques, environ 8’000 diplômes par année. Malgré leur grandeur et leur importance, les Ecoles supérieures sont restées trop peu connues jusqu’ici. Pour avoir l’écoute de l’économie et de la politique, il est nécessaire d’avoir des positions claires, des buts communs et les structures correspondantes.

Avec le soutien financier de l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT), les directeurs et directrices de plus de 100 Ecoles supérieures ont fondé une organisation faîtière nationale : la Conférence ES. Elle doit, à l’avenir, représenter les intérêts communs des Ecoles supérieures vis-à-vis des autorités et des associations faîtières de l’économie en Suisse et à l’étranger. Le but à terme est d’ancrer dans une loi particulière des conditions-cadres judicieuses et équitables pour les Ecoles supérieures et leurs étudiant-e-s.

Le Comité nouvellement élu se compose de représentant-e-s de tous les domaines professionnels et régions du pays. Le Comité de direction est composé des personnes élues suivantes:

Hanspeter Ruggli, président, domaine spécialisé technique
Franziska Lang-Schmid, vice-présidente, domaine spécialisé économie
Jean-Michel Oswald, caissier, Suisse romande
Ursula Matter, domaine spécialisé santé.

Se met à disposition comme secrétaire général, Martin Eppler, directeur du projet du comité de pilotage de la Conférence ES.

L’importance de la Conférence ES est ressortie des messages clairs et percutants de Christine Egerszegi-Obrist, présidente du Conseil national, Johann-Niklaus Schneider Ammann, conseiller national et président de l’industrie suisse des machines, de l’électronique et du métal et de Hugo Fasel, conseiller national et président de Travail.Suisse.

L’OFFT, salue, lui aussi, la Conférence ES comme un important organe de coordination. Martin Michel, président de la Commission fédérale pour les Ecoles supérieures, attesta de par son message de conclusion, de l’importance de la nouvelle organisation faîtière en tant que partenaire-clé pour la poursuite du développement de la formation professionnelle supérieure.

18 septembre 2007, Hugo Fasel, président Travail. Suisse jusqu'à 2008 Drucker-icon

Fondation d’une organisation faîtière des Ecoles supérieures plus puissante

Plus de cent Ecoles supérieures ont fondé cet après-midi une organisation nationale faîtière en la présence de la présidente du Conseil national, Mme Christine Egerszegi-Obrist. Les Ecoles supérieures veulent à l’avenir faire entendre d’une seule voix leurs principales requêtes et leur intérêts auprès des autorités et des association faîtières de l’économie en Suisse et à l’étranger. Hanspeter Ruggli est le premier président élu. suite

Les Ecoles supérieures attribuent actuellement dans les domaines spécialisés de la technique, de l’économie, de la santé, de l’hôtellerie, du tourisme, de l’économie domestique, du social et de la formation d’adultes, de l’agriculture et de l’économie forestière, des arts visuels et arts graphiques, environ 8’000 diplômes par année. Malgré leur grandeur et leur importance, les Ecoles supérieures sont restées trop peu connues jusqu’ici. Pour avoir l’écoute de l’économie et de la politique, il est nécessaire d’avoir des positions claires, des buts communs et les structures correspondantes.

Avec le soutien financier de l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT), les directeurs et directrices de plus de 100 Ecoles supérieures ont fondé une organisation faîtière nationale : la Conférence ES. Elle doit, à l’avenir, représenter les intérêts communs des Ecoles supérieures vis-à-vis des autorités et des associations faîtières de l’économie en Suisse et à l’étranger. Le but à terme est d’ancrer dans une loi particulière des conditions-cadres judicieuses et équitables pour les Ecoles supérieures et leurs étudiant-e-s.

Le Comité nouvellement élu se compose de représentant-e-s de tous les domaines professionnels et régions du pays. Le Comité de direction est composé des personnes élues suivantes:

Hanspeter Ruggli, président, domaine spécialisé technique
Franziska Lang-Schmid, vice-présidente, domaine spécialisé économie
Jean-Michel Oswald, caissier, Suisse romande
Ursula Matter, domaine spécialisé santé.

Se met à disposition comme secrétaire général, Martin Eppler, directeur du projet du comité de pilotage de la Conférence ES.

L’importance de la Conférence ES est ressortie des messages clairs et percutants de Christine Egerszegi-Obrist, présidente du Conseil national, Johann-Niklaus Schneider Ammann, conseiller national et président de l’industrie suisse des machines, de l’électronique et du métal et de Hugo Fasel, conseiller national et président de Travail.Suisse.

L’OFFT, salue, lui aussi, la Conférence ES comme un important organe de coordination. Martin Michel, président de la Commission fédérale pour les Ecoles supérieures, attesta de par son message de conclusion, de l’importance de la nouvelle organisation faîtière en tant que partenaire-clé pour la poursuite du développement de la formation professionnelle supérieure.

18 septembre 2007, Hugo Fasel, président Travail. Suisse jusqu'à 2008 Drucker-icon