Thèmes – Autres points forts – Jeunesse.Suisse

Conseil de jeunesse 2017: nouvelle tournure pour Jeunesse.Suisse

Le Conseil de jeunesse, la commission de jeunesse de Travail.Suisse, s’est réunie lors du week-end des 28 et 29 avril 2017. Jeunesse.Suisse a discuté de trois thèmes : le problème des stages, la discrimination des jeunes travailleuses et travailleurs sur le marché du travail et le cadre national des certifications CNC. Jeunesse.Suisse va nouvellement être dirigée par une co-présidence. Nadine Walker (Syna, *1997) et Roman Helfer (Hotel & Gastro Union, *1993) ont été élus par les participant-e-s du Conseil de jeunesse à l’unanimité. suite

Le travail de Jeunesse.Suisse s’oriente sur le plan de mesures 2016-2019 qui s’attaque en particulier au problème de l’entrée sur le marché du travail. On a travaillé dans trois workshops sur les thèmes des stages, de la discrimination et du cadre national des certifications CNC. On a aussi défini le programme de travail à court et à moyen terme.

Jeunesse.Suisse s’engage pour l’initiative sur le congé paternité

En plus de ces trois thèmes principaux, Jeunesse.Suisse s’est fortement engagée dans la récolte de signatures pour un congé de paternité raisonnable et continuera à soutenir l’initiative. Elle a aussi soutenu l’an passé l’initiative populaire AVSplus et la votation pour la naturalisation facilitée de la 3ème génération d’étrangères et d’étrangers. Jeunesse.Suisse a fait preuve d’activisme au sujet des deux votations. Pour la dernière, elle a produit une vidéo qui a connu un gros succès en ligne.

Pour ce qui est des affaires statutaires, la commission de jeunesse de Travail.Suisse a décidé pour l’année à venir d’élire une co-présidence qui représente de façon optimale les régions linguistiques, les grandes fédérations et les sexes. Nadine Walker (nouvelle, Syna) et Roman Helfer (déjà en fonction, Hotel & Gastro Union) se partagent la première co-présidence. Une commission de jeunesse de 9 membres les soutiendra. On a remercié en particulier Mirco Gurini (transfair) pour son travail engagé en tant que vice-président. Il continuera à s’engager auprès de Jeunesse.Suisse.

Pour d’autres informations :
Nadine Walker, co-présidente, Jeunesse.Suisse (allemand)
Roman Helfer, co-président, Jeunesse.Suisse (français), 079 540 78 37

Annexe Dimension

2017 05 04 JeunesseSuisse Jugendrat2017 f.docx 54 KB

08 mai 2017, Roman Helfer, Vice-président Jeunesse.Suisse Drucker-icon

Quel visage et quelle voix ont les jeunes de la 3ème génération ?

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, a produit une vidéo actuellement disponible sur youtube en collaboration avec le syndicat Syna, Jeunesse.Suisse, le Conseil Suisse des Activités de Jeunesse (CSAJ) et Albinfo.ch. Cette vidéo donne la voix à deux jeunes de la 3ème génération et montre l’exemple de personnes nées en Suisse qui se sentent appartenir à ce pays. D’autres interventions dans la vidéo expliquent également les raisons qui justifient de voter «OUI » le 12 février prochain. suite

À l’heure des votations du 12 février, la population pourra décider si elle souhaite faciliter la naturalisation des jeunes de la 3ème génération de moins de 25 ans. Plusieurs conditions strictes conditionnent la possibilité de demander la naturalisation facilitée, mais pour véritablement comprendre l’enjeu des votations, il est avant tout nécessaire de comprendre qui sont les jeunes de la 3ème génération concernés pouvant déposer une telle demande. Dans ce contexte, la vidéo réalisée https://youtu.be/SJ5IvjyX9sI (en allemand seulement) montre deux témoignages de jeunes de la 3ème génération, leur lien avec la Suisse et les motivations qui les poussent à vouloir obtenir la nationalité suisse.

Travail.Suisse ainsi que les autres organisations partenaires de la vidéo considèrent que la naturalisation facilitée des jeunes de troisième génération de moins de 25 ans constitueraient une chance pour notre société. Leur naturalisation serait une véritable opportunité pour élargir leur participation politique et reconnaître celles et ceux qui construisent la Suisse de demain. D’après une récente étude de l’Université de Genève, les jeunes de 3ème génération âgés de moins de 25 ans se compteraient au nombre de 25 000. Ces jeunes sont né-e en Suisse, y ont suivi toute leur scolarité, y travaillent, ont des parents et grands-parents intégrés.

Pour plus d’informations :
Hélène Agbémégnah, responsable politique de migration et questions juridiques, tél 078 760 93 73
Selina Tribbia, responsable du service migration du syndicat Syna, tél. 078 741 48 14
Roman Helfer, Président de Jeunesse.Suisse, tél. 079 540 78 37
Annina Grob, Secrétaire générale ad interim du Conseil Suisse des Activités de Jeunesse (CSAJ), tél. 031 326 29 36
Bashkim Iseni, Directeur de Albinfo.ch, tél. 021 349 40 28

Annexe Dimension

2017 01 12 Votation vidéo fr.docx 48 KB

12 janvier 2017, Hélène Agbémégnah, Responsable politique de migration et questions juridiques Drucker-icon

Les jeunes veulent une AVS forte et une économie verte

A l’occasion de la séance du Comité, Jeunesse.Suisse, la commission de jeunesse de Tra-vail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, donne ses re-commandations de vote sur les votations fédérales du 25 septembre 2016. suite

La commission de jeunesse de Travail.Suisse recommande de dire oui à l’unanimité à I’initiative AVSplus. Car une AVS forte est nécessaire et réalisable. L’AVS doit être adaptée aux salaires ac-tuels et aux primes des caisses-maladie, en particulier parce que depuis 1975 il n’y a plus eu d’importantes adaptations. En outre, l’AVS est une assurance sociale très stable et qui fonctionne bien, qu’il s’agit de renforcer et non pas d’affaiblir.

C’est aussi à l’unanimité que Jeunesse.Suisse dit oui à l’initiative «Economie verte». Une économie durable est particulièrement importante pour les jeunes gens et leur avenir. Les jeunes travailleuses et travailleurs pourront profiter des conséquences positives de l’initiative, en particulier par la création de nouveaux emplois.

Plus d’informations:
Roman Helfer, président de Jeunesse.Suisse, Mail, Mobile: 079 540 78 37

Annexe Dimension

2016 09 07 PAROLEN JeunesseSuisse Ja-zu-AHVplus und Gruene-Wirtschaft f.docx 28 KB

07 septembre 2016, Roman Helfer, Vice-président Jeunesse.Suisse Drucker-icon

Pas de baisse de l‘âge d’entrée dans la caisse de pension

Dans le cadre de la réforme de la prévoyance vieillesse, la Commission sociale du Conseil des Etats propose d’abaisser l’âge d’entrée dans la caisse de pension à 21 ans. Le Comité de Jeunesse.Suisse – l’organisation nationale de jeunesse de Travail.Suisse – considère que cette décision est contreproductive. suite

Le Conseil fédéral a, sous le nom de « prévoyance vieillesse 2020 » proposé une grande réforme de la prévoyance vieillesse. Le but est de maintenir les prestations pour les assurés en dépit de l’évolution démographique problématique. Dans le cadre de cette réforme, on a aussi examiné la question de baisser l’âge d’entrée dans la caisse de pension qui est aujourd’hui fixé à 25 ans. Après un examen minutieux, le Conseil fédéral a renoncé à cette mesure dans son message. La Commission sociale du Conseil des Etats propose néanmoins maintenant de fixer le début du processus d’épargne à 21 ans.

Le Comité de Travail.Suisse considère cette mesure comme contreproductive pour plusieurs raisons.

• La baisse de l’âge d’entrée dans la caisse de pension rendra plus difficile l’insertion professionnelle des jeunes travailleurs et travailleuses. Les jeunes deviendront des travailleurs plus chers étant donné que les employeurs devront verser leur contribution au 2ème pilier dès l’insertion professionnelle.

• Les jeunes ont déjà un salaire comparativement plus faible. Une réduction supplémentaire par des cotisations à la caisse de pension limite encore plus leur marge de manœuvre. En outre, pendant les jeunes années, on a diverses occasions de poursuivre un développement par le biais de formations continues, séjours linguistiques et voyages. Avec un salaire amoindri, il est plus difficile de constituer des réserves pour de tels plans. C’est un problème sérieux avant tout pour les jeunes dont les familles ne peuvent pas leur donner un coup de pouce financier.

• La baisse de l’âge d’entrée dans la caisse de pension n’apporte pas non plus les effets désirés pour les caisses de pension. Car les salaires comparativement plus faibles des jeunes apportent peu de revenus aux caisses de pension mais limitent en revanche les jeunes pour la constitution de leurs propres réserves.

Pour d’autres informations:
Jordan Kestle, Président Jeunesse.Suisse, Tel. 041 418 22 43
Roman Helfer, Vice-Président Jeunesse.Suisse, Tel. 079 540 78 37

Jeunesse.Suisse est l’organisation nationale des jeunes de Travail.Suisse. En font partie les jeunes des organisations de travailleurs et travailleuses Syna, Hotel&Gastro Union, transfair, OCST et SCIV.

21 août 2015, Jordan Kestle, Président de Jeunesse.Suisse Drucker-icon

Une discrimination salariale de 7% dès l’entrée dans la vie active

Pour les jeunes aussi, l’inégalité salariale est un problème quotidien et pourtant vite oublié. Pour Jeunesse.Suisse, la Commission de la jeunesse de Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, le fait que les jeunes femmes et les jeunes hommes ne reçoivent pas le même salaire pour le même travail est incompréhensible et inacceptable. suite

Dès notre plus jeune âge, on nous dit que tous les humains sont égaux. A l’école, les résultats sont évalués selon les mêmes critères et au cours de l’apprentissage toutes et tous reçoivent le même salaire. Durant les études, toutes et tous bénéficient des mêmes conditions. Donc, pourquoi cela change-t-il subitement au sein du monde du travail ?

Double perte : moins de salaire et timide évolution des salaires

Un projet inscrit dans le PNR 60 „Egalité des sexes“ s’est penché sur la question de savoir si les jeunes femmes bénéficient d’un salaire égal à celui des jeunes hommes dès leur entrée dans la vie active. Les résultats sont transparents et effrayants : déjà 1-2 ans après la fin de la formation initiale et l’entrée dans la vie active, on observe des disparités salariales inexplicables de 7%. Une telle discrimination ne s’explique pas par le choix de la formation, par des facteurs sociodémographiques ou par les activités professionnelles exercés. Autre chose : les jeunes hommes obtiennent des salaires mensuels bruts nettement plus élevés que ceux de leurs collègues femmes lorsqu’ils exercent un métier typiquement féminin ou typiquement masculin ou un métier qui tient compte d’une représentation équilibrée des sexes. Cette discrimination est incompréhensible et inacceptable pour Jeunesse.Suisse. „Nous pensons que parler des salaires ne doit plus être un tabou, car ce n’est que de cette façon qu’il est possible d’identifier de telles discriminations“, souligne Jordan Kestle, président de Jeunesse.Suisse. Mais les jeunes femmes ne subissent pas une discrimination uniquement avec leur salaire de départ, puisque l’évolution des salaires est inégale, comme le montre l’étude menée : les salaires des hommes augmentent plus rapidement. „C’est pour cette raison que nous misons sur les hommes : ils faut qu’ils s’engagent activement en faveur de l’égalité salariale, car il ne s’agit pas seulement de l’amélioration de la situation de la femme, mais aussi de l’égalité entre femmes et hommes.“

Présence à la manifestation en faveur de l’égalité salariale du 7 mars 2015

Il ressort malheureusement des chiffres fournis par le BFEG que la Suisse, qui se veut progressiste, se place dans le dernier tiers du classement en comparaison européenne. Pour contrer cette inégalité injuste, de nombreuses personnes – dont aussi les membres de Jeunesse.Suisse – vont manifester le 7 mars à Berne, depuis la Schützenmatte jusqu’à la place du Palais fédéral. Jeunesse.Suisse se joint à d’autres organisations pour mettre en lumière le fait qu’il faut prendre au sérieux la question de l’égalité salariale. Jordan Kestle: „Femmes et hommes sont les bienvenus-e-s à cette manifestation, car ensemble est synonyme de plus. Tirer à la même corde est essentiel de nos jours. Luttons ensemble en faveur de l’égalité salariale dès le départ dans la vie active !“

Pour plus d’informations :
Jordan Kestle, Präsident Jeunesse.Suisse, 079 258 23 05

02 mars 2015, Jordan Kestle, Président de Jeunesse.Suisse Drucker-icon